Un petit coup de blues d'affaires?

Avoir un petit coup de blues, de découragement en affaires, ça arrive, ce n’est pas grave. On peut prendre un moment pour soi, mais on n’a pas le droit de s’éterniser. On le sait, être en affaires, ce n’est pas tous les jours rose! Je ne suis pas psychologue et cet article n’a pas la prétention d’être écrit par un expert en la matière. Néanmoins, avec 34 ans d’expérience de femme en affaires, j’ai fait face régulièrement à ce sentiment d’être dans un petit coup de blues. C’est donc en toute simplicité que je me permets d’écrire cet article de blogue.

D’abord, qu’est-ce qu’un petit coup de blues en affaires?

Avoir un petit coup de blues en affaires, c’est d’avoir un petit moment de découragement pour X raisons. Il y a en effet mille et une raisons d’être découragé en affaires. Pas assez de ventes, délai serré, fatigue, manque d’employés, production retardée à cause d’un bri mécanique, un bon employé sera absent pendant plusieurs mois à cause d’une maladie ou d’un accident, perte d’un client, un associé n’est pas endurable, mauvaise atmosphère de travail temporaire, longues heures de travail, obligé de travailler en fin de semaine, etc. Je pourrai continuer ainsi infiniment. Les moments de découragement en affaires,on en a tous eu et on en aura encore! Ca arrive et ca fait partie du métier. Que vous soyez dans le service ou la distribution de produits, être en affaires, ce n’est pas facile. Bien sûr, il y a des formations pour nous aider à se perfectionner et être meilleur. Bien sûr il y a plein d’autres entreprises qui peuvent, par leur expertise, nous aider. Mais ca reste qu’être en affaire, c’est être parfois seul à la tête d’une entreprise à avoir autant de responsabilités.

Il faut par contre que ce moment puisse être passager. On ne peut pas s’éterniser dans ce contexte, car les affaires pourraient en souffrir. Il faut se relever, trouver des solutions, car la »business n’attend pas ».

Est-ce nécessaire de passer par là?

Pour ma part, ce moment très inconfortable dure moins d’une journée à une semaine maximum. Comment je fais cela? Tout simplement parce que cela m’est tellement inconfortable qu’inconsciemment, je me mets en mode de recherche de solution. Sur le coup, je prends parfois le temps de faire de l’apitoiement sur soi, du ménage compulsif, une petite course ou marche dehors dans la nature.Après un moment, ça suffit! J’en ai assez de macérer dans cette mare de »schnoute »!!!

En ce qui me concerne, ces petits moments sont un excellent indicateur que quelque chose ne va pas et que je dois m’en occuper. Si vous vous coupiez sérieusement à la main par exemple, vous vous en occuperiez, vous iriez chez le médecin ou désinfecteriez la plaie. Le loquet de votre porte se brise, vous le répareriez ou le feriez réparer, n’est ce pas? C’est la même chose avec ce genre de sentiment, il faut s’en occuper! Il faut s’arrêter et vraiment voir ce qui ne va pas. S’en servir comme d’un levier de propulsion! C’est du moins ce que ce genre de sentiment a sur moi. Il me sert de levier de propulsion pour réagir positivement.

Je peux vous assurer que cela marche à coup sûr!

Mon défi:  Ma méthode à mettre en essai!

  • Je prends le temps, je m’arrête quelques instants. Le temps qu’il faudra.
  • Je vais prendre l’air en allant courir ou marcher, je fais de la bouffe, je fais en tout cas quelque chose qui me fait vraiment plaisir ou du bien.
  • La magie opère, mon cerveau se met à réfléchir à tout cela. Je prends le temps de respirer et d’accueillir tous les sentiments qui m’habiteront, sans mettre une croix sur aucun. Je laisse ÊTRE CE QUI EST.
  • Et lorsque je laisse vraiment être ce qui est sans intervenir, les solutions se mettent à apparaître! C’est comme si mon système se mettait en mode de réparation interne. Mais il faut accepter de vivre ce moment inconfortable auparavant.

Je donne présentement une formation qui traite de cette méthode et bien plus. Croyez-moi, c’est une formation puissante qui vous servira le restant de vos jours, peu importe le métier que vous faites. Il y a 2 choix de formations disponibles:

Le coup ce blues s’étire depuis longtemps?

SI par contre, le coup de blues s’étire depuis quelques semaines, quelques mois et même parfois quelques années, je l’invite fortement à lire cet article que j’ai écrit en janvier 2018:  Défi janvier:  La santé. Crois moi, je comprends et je t’appuie avec compassion dans ta démarche, qu’elle quelle soit. Si ton coup de blues dure depuis longtemps, c’est qu’il demande que tu en prennes soin sérieusement et dès maintenant.

 

Je vous souhaite, avec bienveillance, un petit moment de blues pour mieux avancer dans votre vie.

Pour relire l’ensemble des défis déjà publié:

0
Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© CF Salubrité 2018