Et si on changeait le monde?

Et oui, j’ai eu envie de vous parler d’un sujet qui me passionne. C’est à dire, notre possibilité à chacun, de changer le monde à partir de nous-même, en prenant responsabilité de nos actes, de nos paroles. Et si on changeait le monde est un rêve possible.

Qu’arriverait-il si nous prenions vraiment le temps d’écouter notre conjoint, collègue de travail, enfant? Il est maintenant rare de nos jours que les gens prennent vraiment le temps de véritablement écouter.

Écouter vraiment, veut dire

  • Ne pas penser à ce que nous pourrions faire pour souper ce soir
  • Ne pas penser à ce que je devrais répondre à la personne qui est en train de me parler
  • Ne pas porter de jugement (positif ou négatif) sur ce que la personne me raconte.

L’empathie est richesse à offrir à une autre personne, tout comme à soi-même. 

Selon Carl Rogers, l’empathie consiste « à saisir, avec autant d’exactitude que possible, les références internes et les composantes émotionnelles d’une autre personne, et à les comprendre comme si on était cette autre personne »

L’empathie, ce n’est pas offrir notre sympathie, notre jugement à l’autre. Ce qui est important, ce n’est pas votre jugement que vous faites de la situation. L’important c’est comment la personne percoit la situation ou se sent.

Et si on changeait le monde

  • Si on offrait de l’empathie à la personne dans le besoin d’écoute ou de présence?
  • Si on s’offrait soi-même de l’empathie lorsque besoin? Combien de fois passons nous sous silence nos propres sentiments?
  • Si aujourd’hui, j’offrais du temps de qualité à une personne, sans facturer mon temps, juste pour le plaisir du moment?
  • Si on cessait de voir ce dont les autres sont responsables, et qu’on commencait par nous-mêmes?

Plusieurs exemples de personnes ayant changé le monde

Le Père Pops a changé le monde à sa façon. Il en a fait un métier, celui d’écouter, de tendre la main aux jeunes.

Père Emmett Johns « Pops »

J’ai eu le plaisir de suivre 3 ans de formations sur la méthode bien connu de la communication consciente de Marshall Rosenburg. Voici d’ailleurs un livre qu’il a écrit: La communication non-violente:  Les mots sont comme des fenêtres (ou bien ce sont des murs). Je peux dire à mon tour, que cet homme a changé ma vie, de par l’apprentissage que j’ai puisé dans ses enseignements.

Et si on changeait le monde en février? Chacun à notre façon en y apportant plus d’empathie pour les autres comme pour nous.

Pour relire l’ensemble des défis déjà publié:

© CF Salubrité 2020